Depuis la création du corps des « Tirailleurs Sénégalais » en 1857 par le général Faidherbe jusqu’aux indépendances des colonies françaises au début des années 1960, ils connurent toutes les guerres : de la conquête coloniale, dont ils furent l’un des piliers, jusqu’aux guerres d’Indochine et d’Algérie en passant par les deux conflits mondiaux. Des milliers périrent dans les tranchées de la Grande Guerre. Ils s’avérèrent décisifs dans la bataille de Verdun en prenant le fort de Douaumont.

Julien Masson s’est demandé avec inquiétude qui se souviendra des centaines de milliers d’Africains qui se sont battus pour la France durant cette fameuse guerre mondiale ? Qui retiendra que Brazzaville fut la capitale de la France Libre ? Qui saura encore que près de 150.000 Africains débarquèrent sur les plages de Provence pour libérer le pays ? Qui évoquera le courage de Mamadou Addi Bâ, de Charles N’Tchoréré et de Samba N’Dour ? Oui, il s’est demandé qui se souviendra des milliers d’anonymes qui quittèrent leur famille, leur foyer, leur terre pour éradiquer le fascisme en Europe. Il ne peut supporter l’idée que leur mémoire s’efface comme s’est diluée celle de leurs ancêtres. Sa décision était prise : il ira à leur rencontre.

 

Vernissage: Jeudi 11 mai à partir de 18h30

Monday

-

Tuesday

-

Wednesday

13h-20h

Thursday

17-20h

Friday

9h-13h

Saturday

14h-18h

Sunday

-